Actualités FFAP

La FFAP, la FNAPPI, la CFDT, la CFTC, FO et Solidaires ont signé la nouvelle convention collective des employés, techniciens et cadres des agences de presse, après une négociation débutée à l’automne 2014.

Cette nouvelle convention collective, qui entre en vigueur le 1er juillet 2017, est le fruit de la fusion de toutes les conventions collectives antérieures dans la branche des agences de presse.


L’Assemblée Générale de la FFAP a réélu, le 7 juin dernier, Kathleen Grosset pour un troisième mandat à la présidence de la Fédération Française des Agences de Presse.


La FFAP signe la lettre ouverte au Président de la République : "Monsieur le Président, il n'appartient pas à l'Elysée de choisir les journalistes"

"Monsieur le Président, Vous effectuez demain votre premier déplacement de chef d’Etat au Mali. Avant votre décollage, nous souhaitons vous transmettre nos inquiétudes quant à l’organisation de la communication présidentielle qui est en train de se mettre en place depuis votre entrée en fonction.


La FFAP a signé la tribune : "Le nouvel exécutif a-t-il un problème avec la liberté de la presse ?"

"Le 18 mai, nous nous étions inquiétés de la façon dont l’Elysée organisait le voyage au Mali du président de la République, en sélectionnant les journalistes chargés de couvrir ce déplacement. Pas question d’«imposer» des choix aux rédactions, fut-il alors répondu. Or la semaine dernière, ce sont cette fois deux ministres qui ont envoyé des signaux extrêmement préoccupants, quant à la manière dont ils conçoivent l’indépendance des médias et la protection des sources, ou plutôt leurs limites.


Elles condamnent les pratiques du Front national. Les sociétés de journalistes de 28 rédactions, dont celles de l’AFP et des agences de presse d’Europe 1, de Capa, de "Quotidien" et de RTL (agences membres de la FFAP), ont signé une pétition qui proteste contre la décision du Front national de "choisir les médias autorisés à suivre Marine Le Pen". Cette pétition intervient après une série de cas où des journalistes s'étaient vu interdire l'accès à des événements où se rendait Marine Le Pen.