AccueilarrowLes syndicatsarrowSATEVarrowActualitésarrowConférence de presse au Sunny Side : "Touche pas à mon doc"
logo-satev

Après avoir alerté le Ministère de la Culture et de la Communication, la DGMIC et le FSER, le SATEV a saisi le CSA pour l’informer des manquements graves à l’honnêteté de l’information commis par de plus en plus de radios partout en France.

Le SATEV dénonce vivement les dérives empruntées par des structures ou des individus qui n’ont ni le statut d’agence de presse, ni celui de journalistes, qui, de ce fait, ne respectent pas toutes les règles déontologiques, fiscales et commerciales et qui proposent aux radios des flashs d’information de piètre qualité à des tarifs défiants toute cohérence professionnelle.

Au contraire, les agences de presse apportent à leurs radios clientes des produits de qualité qui répondent à la demande toujours plus importante des antennes.
Cette qualité répond à une méthode de travail, à l'embauche de journalistes professionnels, à l'utilisation de matériel de qualité, ce qui représente un coût de fabrication qui ne peut pas être bradé et de ce fait, un prix de vente qui ne peut pas correspondre aux tarifs proposés par certaines structures ou personnes.

De par leur statut délivré par les pouvoirs publics, les agences de presse s’engagent à assumer les nombreuses contraintes imposées par la loi, car elles sont la garantie de leur indépendance et l’assurance pour leurs clients et in fine pour l’auditeur, d’une information « labellisée » du point de vue éthique et déontologique.

L’article 28 de la loi du 30 septembre 1986 conditionne la délivrance des « autorisations d’usage de la ressource radioélectrique » par le CSA, au respect de « l’honnêteté de l’information ». Nous attendons donc du Conseil qu’il assume ses responsabilités et garantisse aux citoyens une information libre, honnête et professionnelle.

Dans cette attente, le SATEV saisira la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes afin de l'alerter sur les « ventes flashs », « offres gracieuses » et autres « super promotions », incompatibles avec la déontologie et les métiers de l’information et de surcroît incompatibles avec la Loi.


Christian Gerin
, Président

 

Communiqué Agences de Presse audio SATEV 05-04-16.pdf 

Partager ce contenu