AccueilarrowLes syndicatsarrowSATEVarrowActualitésarrowPPL Patrick Bloche, communiqué de presse du 9 mars 2016
logo-satev

Au cours de cet entretien, la ministre de la Culture a apporté son soutien à la production indépendante et encouragé producteurs et diffuseurs dans la voie de la concertation interprofessionnelle.

 

Communiqué de presse

La ministre de la Culture soutient la voie de la concertation interprofessionnelle

La ministre de la Culture et de la Communication, Madame Fleur Pellerin, a reçu mardi 2 février les présidents des différents syndicats de producteurs audiovisuels (SATEV, SPECT, SPFA, SPI et USPA) à la suite de l’adoption par la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat, d’amendements qui font brutalement intervenir, dans le projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, la question des relations entre producteurs indépendants et éditeurs de services de télévision.

A cette occasion, la ministre de Culture a réaffirmé son soutien à la production indépendante, qui constitue l’un des piliers du paysage audiovisuel français et de la politique de diversité culturelle, atout indéniable de la France aux yeux du monde.

Chaque jour, les œuvres émanant de la production indépendante touchent des millions de français. Ce ne sont pas de simples marchandises et les questions en jeu ne se résument pas à une simple relation de fournisseurs à clients.

Tout comme les organisations de producteurs, la ministre privilégie la voie de la concertation professionnelle et regrette le dépôt de ces amendements qui viennent y mettre un coup d’arrêt.

Cette concertation professionnelle a permis en décembre dernier d’aboutir à un accord équilibré avec le groupe France Télévisions à l’issue de négociations menées de bonne foi entre les parties. C’est la démonstration de la volonté et de la capacité des syndicats de producteurs à faire évoluer leurs relations avec les éditeurs de services de télévision.

La voie législative ne peut tenter de faire passer en force des évolutions réglementaires qui visent à démanteler la quasi-totalité du tissu d’entreprises qui composent la production indépendante et les dizaines de milliers d’emplois qu’elle représente.

Ce serait une erreur historique majeure.

Les syndicats de producteurs prennent acte du dépôt par le Gouvernement d’amendements de suppression et se félicitent que celui-ci cherche à réunir les conditions d’un dialogue équilibré et constructif entre les parties.

Paris, le 4 février 2016

 

Communiqué de presse des organisations de producteurs 04-02-16

Partager ce contenu